Fédération Nationale des Entreprises et Territoires d'Avenir

FNAE-ZUS
Échanger et Mutualiser nos expériences pour mieux réussir...

Actualités

Intervention de M. Roland BLUM, auprès de M. Maurice  LEROY, Ministre  de la ville

Intervention de M. Roland BLUM, auprès de M. Maurice LEROY, Ministre de la ville


"... Pour information copie de l'intervention de M. Roland BLUM, 1er adjoint au Maire de Marseille, Député des Bouches-du-Rhône auprès de M. Maurice LEROY, Ministre de la Ville, concernant les Zones Franches Urbaines..."



Courrier à télécharger
Une rallonge de 5 ans espérée pour la zone franche urbaine

Une rallonge de 5 ans espérée pour la zone franche urbaine


Le ministère du Travail en a été avisé : Marie-Josée Roig espère obtenir une rallonge de cinq ans pour la zone franche urbaine (ZFU) d'Avignon, offrant aux employeurs une série d'avantages fiscaux. Le 31 décembre 2006, Avignon était l'une des dernières villes de France à la peine ? "Pas du tout, rétorque Christian Bonnet, l'élu en charge la ZFU. Il s'agit juste d'avoir droit à la même durée qu'ont eu bien d'autres villes, ce qui permettra à des sociétés qui se créent de disposer de plus de temps pour conforter leur assise.


A vrai dire, la ZFU, d'un périmètre de 235 hectares, de la route de Marseille à Monclar, affiche un bilan comptable globalement positif. Effet d'aubaine ou pas, le nombre d'emplois est passé de 1817 en 2006 à 2364 au 1er juin 2010, soit 547 salariés de plus. L'objectif de la ville, rappelons-le, est la création de 1000 emplois en 5 ans. Et le nombre d'établissements, lui, a basculé de 565 à 966 au 31 décembre 2010. A coup d'exonérations de charges pour les employeurs, ce secteur, qui représentait à son lancement 5.7% des établissements et de 1.6% des emplois avignonnais, a donc économiquement gagné du terrain. Au détriment du reste de la ville? s'agirait-il surtout de transferts d'activités? A ce jour, aucune analyse fine ne premettrait de mesurer les éventuels exodes... Mais qu'il s'agisse du Château de la Barbière (une sorte de pépinière d'entreprises), de l'école de la Croix Rouge ou du Village des métiers, les trois sites "publics" où il faut l'accord d'un comité technique avant de s'installer, Crhistian Bonnet assure qu'il s'agit "de créations d'entreprises ou de strucures venant de bien plus loin". Surtout, il balaye l'accusation d'une ZFU servant juste de "paradis fiscale" sont passés de 100 à 134; et les embauches liées aux activités juridiques et comptables sont au nombre de 37. Ce n'est donc pas le gros des nouvelles forces économiques.


143 habitants des quartiers embauchés


En remuant ces chiffres, pas négatifs, il en ressort néanmois quelques-uns en demi-teinte. Seuls 143 habitants des quartiers ont profité des embauches, sur les 578 recrutements (au 31 décembre 2010) ayant ouvert droit à des exonérations, soit près d'un quart. Puis un gros déséquilibre persiste entre la création de petites entreprises et grosses sociétés. 73% des établissements comptent au plus deux salariés. Sur les 401 nouvelles sociétés, plus de la moitié (287) sont l'initiative d'un seul patron. Les PME allant de 3 à 20 salariés, ont toutefois fortement progressé en faisant un bond de 73%. Et avec 20% des établissemnts, contre 9.3% pour toute la ville d'Avignon, le secteur du BTP reste sur-représenté. Au final, les secteurs qui ont le plus recruté sont nettoyage (128) embauches), la maçonnerie générale (41) et les activités de transports urbaines (33).

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 01 FÉVRIER 2011

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 01 FÉVRIER 2011

COMMUNIQUÉ de PRESSE du 01 février 2011



Rapport annuel 2010 de l'ONZUS

Apport de présicions sur les chiffres du chômage


Comme chaque année à la même époque, entre la fin des débats sur le PLF et la trêve des confiseurs, la publication du rapport annuel de l'Observatoire National des Zones Urbaines Sensibles (l'ONZUS) focalise  durant un (tout petit) temps, l'attention de la presse qui va rechercher le scoop à sensation qui fera, très éphémèrement, la une des journaux. Cette année, c'est un taux de 43% de chômage des jeunes hommes des quartiers ZUS qui est mis en avant. Un tel chiffre interpelle, et on ne peut décemment laisser les choses en l'état, sans apporter un éclairage complémentaire susceptible d'enrichir l'information des non initiés.


Il m'a donc semblé nécessaire de communiquer des précisions et de refaire, avec vous, les bons calculs, sur la base de règles arithmétiques élémentaires. Je vous invite donc à poser les chiffres en les arrondissant pour faciliter un calcul rapide : on dénombre dans les ZUS 650 000 jeunes (hommes et femmes) situés dans la tranche des 16 à 25 ans. On retranche 400 000 jeunes (tous sexes confondus) qui sont scolarisés (collégiens ou étudiants). Sur les 250 000 jeunes restants hors cursus scolaire, 150 000 ont un emploi. Il reste donc 100 000 demandeurs d'emploi. Mais uniquement en prenant en compte les 250 000 jeunes hors cursus scolaire. La réalité à retenir, est que par rapport à la tranche globale d'âge des 16 à 25 ans, 1 seul jeune sur 7 (tous sexes confondus) est sans activités et non pas la moitié!


L'Embauche dépend essentiellement du dynamisme de l'économie et de l'engagement des entreprises qui ont démontré leur aptitude à valoriser les mesures d'accompagnement proposées par l'État. Sur ce point, on peut regretter que la modification de la réglementation, en cours de déroulement du dispositif ZFU, des exonérations des charges patronale sur les hauts salaires, courant 2009, semble avoir induit un courant de méfiance (crise oblige...) de la part des entrepreneurs, ce qui pourrait expliquer, en partie, pourquoi le taux d'installation et d'embauche dans les territoires ZUS englobant une ZFU ait subi un fléchissement conséquent durant la même période


Jacques MURA

Président de la FNAE-ZUS

Présonnalité qualifiée du conseil d'Orientation de l'ONZUS

Retrouvez l'intégralité du RAPPORT 2010 de l'ONZUS

A télécharger sur "www.fnae-zus.org"

François PUPPONI, Député Maire de Sarcelles interpelle le Ministre de  la Ville.

François PUPPONI, Député Maire de Sarcelles interpelle le Ministre de la Ville.


François Pupponi, le député-maire (PS) de Sarcelles, a interpellé hier après-midi lors des questions au gouvernement, le nouveau Ministre de la Ville, Maurice Leroy (NC). Sur la base du dernier rapport de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles, François Pupponi a mis l’accent sur la situation des quartiers notamment « sur le chômage qui repart à la hausse ».

Il a demandé « trois mesures concrètes et immédiates » pour les banlieues : le lancement d’un nouveau programme Anru (Agence nationale de rénovation urbaine), une politique particulière dans le secteur de l’emploi, et enfin l’arrêt de l’attribution de logements des dossiers Dalo (droit opposable aux logements) aux villes pauvres. La semaine dernière, François Pupponi avait déjà rencontré le Ministre de la ville avec François Goulard (député UMP avec qui il a coécrit un rapport sur l’impuissance des politiques publiques en banlieue) pour évoquer ces problématiques. Cette question a été l’occasion pour Maurice Leroy de faire une annonce au Palais-Bourbon. « Le Premier ministre m’a demandé de prolonger le programme Anru » a annoncé le centriste.

Voir les archives

ANNUAIRE

Liste complète

Copyright©ENTREPRISES ET TERRITOIRES D'AVENIR- 2012 | Conception site internet : www.expressiv.net
Site réalisé avec le concours de la Délégation Interministérielle à la Ville (DIV)
et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)

Fédération Nationale des Entreprises et Territoires d'Avenir
Maison des Initiatives - Parc Kennedy
Bât C - 285 Rue Gilles Roberval - 30900 NIMES - Tél : 04 66 38 28 36 Fax : 04 66 02 42 32