Fédération Nationale des Entreprises et Territoires d'Avenir

FNAE-ZUS
Échanger et Mutualiser nos expériences pour mieux réussir...

Actualités

Villiers Le Bel : Une volonté de prolonger la Zone Franche Urbaine

Villiers Le Bel : Une volonté de prolonger la Zone Franche Urbaine


Pas moins de 9 héctares de terrain dédiés à l'activité économique ont été inaugurés ce samedi 5 novembre à Villiers-Le-Bel. La nouvelle zone d'activités Thissonvilliers III est dorénavant commercialisable. Des entreprises industrielles et artisanales sont attendus. Le premier terrain a été vendu à la RATP. Val d'Oise, près de l'aéroport de Roissy.


Tissonvilliers III, portée par la communauté d'agglomération Val de France, a bénéficié du soutien du conseil général du Val d'Oise et surtout de l'Europe. Malgré la crise qui touche l'ensemble du continent le FEDER a apporté pas moins de 900000 euros au projet. En hommage à ce soutien, l'avenue de l'Europe a également été inaugurée ce samedi.


Cout total de l'opération Tissonvilliers III : 12.2 millions d'euros Didier Vaillant, président de Val de France et maire de Villiers-le-Bel, attend la création de 600 à 700 nouveaux emplois. Les élus ont précisé, samedi, que cette nouvelle ZAC s'inscrit dans une démarche de développemnt durable et dans une volonté de prolonger les zones franches urbaines.


A noter que 150 logements seront construits autour du carrefour Du Puits afin d'effectuer la liaison entre la partie urbaine et la zone d'activité.



Extrait de Veonews.com



 

Une prorogation au goût amer

Une prorogation au goût amer


Le Ministre de la Ville, Maurice Leroy, a confirmé le 4 octobre dernier que les Zones Franches Urbaines (ZFU) allaient être prolmongées pour trois ans, soit jusqu'en 2014. Cette prolongation sera assortie d'un renforcement du volet emploi, avec notamment l'obligation pour les entreprises s'installant dans les zones d'embaucher au moins deux salariés sur trois issus de ces quartiers. François Fillon devrait officialiser cette décision autour du 2o Octobre. Lancées en 1997 avec le souci de rétablir l'agalité territoriale, les ZFU sont aujourd'hui au nombre d'une centaine et emploient quelque 300000 salariés.

Elles des exonérations fiscales et sociales exceptionnelles pour les petites entreprises (50 salariés au plus, chiffre d'affaires annuel inférieur à 10 M€). Les ZFU de la région de PACA se sont mobilisées pour "arracher" cette décision à minima, à travers la tenue, en juin dernier, d'un forum national réunissant plus de 30 collectivités présidées par des élus de gauche comme de droite.

"Il sera difficile de faire admettre aux entreprises d'embaucher un salarié sur deux dans le quartier d'implantation", craint Yann Airauso, président d'Entrepreneurs en zone franche 13, estimant qu'une "embauche sur trois et approprée à la réalité du marché de l'emploi dans les zones urbaines sensibles confrontées à un chômage de masse"...


Photo: M. Roland BLUM, Député des Bouches-du-Rhône.


Publication journal Objectif Méditerranée, Octobre 2011


 

Télécharger l'intégralité de cette article
Zones franches urbaines : bilan positif en Alsace

Zones franches urbaines : bilan positif en Alsace

La région en compte deux à Strasbourg et une à Mulhouse


Les zones franches urbaines découlent d'un dispositif mis en place en 1996 par le gouvernement Juppé. L'Alsace, en compte trois, deux à Strasbourg dans les quartiers du Neuhof et de Hautepierre et une à Mulhouse dans le quartier des Coteaux.

Les entreprises qui s'y installent payent moins de charges sociales, en contrepartie elles ont l'obligation d'embaucher un tiers de leurs effectifs en zone urbaine sensible. Ce système semble bien fonctionner dans la région.



Le dispositif des zones franches urbaines prolongé de trois ans


Le ministre de la Ville, Maurice Leroy, a annoncé le 4 octobre à Blois la prolongation pour trois ans des Zones franches urbaines (ZFU), dispositif phare de la politique de la ville qui expire à la fin de l'année. Cette prolongation sera assortie d'un renforcement du volet emploi, avec notamment l'obligation pour les entreprises s'installant dans ces zones d'embaucher au moins un salarié sur deux issu de ces quartiers, a précisé le cabinet du ministre. (...) Lancées en 1997 avec le souci de rétablir l'égalité territoriale, les ZFU sont
aujourd'hui au nombre de 100 et emploient quelque 300.000 salariés. Ce dispositif autorise des exonérations fiscales et sociales exceptionnelles pour les petites entreprises (50 salariés au plus, CA annuel inférieur à 10 millions d'euros) déjà présentes ou qui s'implantent dans la zone, en contrepartie d'une clause d'embauche au bénéfice des habitants.


Photo : M. Roland RIES, Maire de STRASBOURG et Mme Fabienne KELLER, Sénateur du BAS-RHIN


Les Entreprises et les élus invités à débattre sur l'avenir des ZFU - 17 Octobre 2011

Les Entreprises et les élus invités à débattre sur l'avenir des ZFU - 17 Octobre 2011

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – INVITATION

 

Les entreprises et les élus invités à débattre sur
l’avenir des ZFU

au cours d’un Forum national sur le thème :

« ZFU, une dynamique à conserver »

Le 17 octobre 2011 – 14h30, à la CCIP Seine-Saint-Denis –
93000 BOBIGNY


La CCIP Seine-Saint-Denis co-organise le 17 octobre prochain, en partenariat avec la Fédération nationale des associations d’entrepreneurs en zones urbaines sensibles (FNAE-ZUS), un forum national réunissant chefs d’entreprises, élus de villes et d’intercommunalités, députés et sénateurs de toute la France et Consulaires, qui débattront sur l’avenir du dispositif Zones Franches Urbaines.


A cette occasion Eric Raoult, ancien ministre, député – maire du Raincy et président du groupe de travail « ZFU, développement économique et emploi dans les quartiers », présentera une synthèse du rapport favorable à une prolongation du dispositif, qu’il avait remis en juillet dernier au ministre de la Ville, Maurice Leroy.


Les débats s’inscriront dans le cadre de la prochaine discussion au Parlement du projet de Loi de Finances qui prévoit des dispositions relatives aux ZFU, et plus particulièrement la  prolongation, sous certaines conditions, annoncée par le ministre de la Ville du dispositif
« Zones Franches Urbaines » jusqu’en 2014.

Les participants échangeront autour:


- Des enjeux des quartiers sensibles en termes : d'emploi, formation des jeunes, insertion, développement économique.

- De la politique de la ville et des aménagements urbains nécessaires pour l'avenir et l'équilibre de ces territoires d'avenir qui appartiennent aux métropoles de demain.

- De nouvelles règles telles qu'annoncées dans l'article 64 du PLF pour 2012 et contestées par les memebres du Collectif de défense des droits ZFU.

Des personnalités du monde économique et politique interviendront, notamment :


- Cécile DUMOULIN, Députée de Mantes-la-jolie, membre du Collectif

- Gérard LISSORGUES, Président de la CCIP Seine-Saint-Denis

- Danielle DUBRAC, Vice-Présidente de la CCIP Seine-Saint-Denis

- Jacques MURA, Président de la FNAE-ZUS et du Collectif de défense des droits ZFU

- Abdel AISSOU, Directeur général de RANSTAD

- Jacques SALVATOR, Maire d'Aubervilliers

- Jean-Christophe LAGARDE, Maire de Drancy

- Guy MALANDAIN, Maire de Trappes et membre du Collectif

- Daniel PARIS, Maire de Sens et membre du Collectif

- Vincent COULOMB, élu communautaire, président de la commission des finances de Marseille Provence Métropole, membre du Collectif

- Bernard FLAM, Président de l'association des entrepreneurs de la zone des Chanoux à Neuilly sur Marne, membre de la FNAE-ZUS du Collectif

- Abderrahmane DJELLAL, Adjoint au Maire de Grenoble



Contact :

Mounia BELGHAZI

Tèl : 04.66.38.28.36

Fax : 04.66.02.42.32

contact@fnae-zus.org

 

Voir les archives

ANNUAIRE

Liste complète

Copyright©ENTREPRISES ET TERRITOIRES D'AVENIR- 2012 | Conception site internet : www.expressiv.net
Site réalisé avec le concours de la Délégation Interministérielle à la Ville (DIV)
et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)

Fédération Nationale des Entreprises et Territoires d'Avenir
Maison des Initiatives - Parc Kennedy
Bât C - 285 Rue Gilles Roberval - 30900 NIMES - Tél : 04 66 38 28 36 Fax : 04 66 02 42 32