Fédération Nationale des Entreprises et Territoires d'Avenir

FNAE-ZUS
Échanger et Mutualiser nos expériences pour mieux réussir...

Actualités

LES VISAGES DE L'ACTUALITÉ  ZFU

LES VISAGES DE L'ACTUALITÉ ZFU

Extrait de l’article de Pauline DROUET - roubaix@lavoixdunord.fr  le 15-03-2012


Kahena, Olivier et Yasmina, trois profils différents et un même intérêt pour la zone franche urbaine.


Menacées de disparaître, au grand dam de la ville de Roubaix, les zones franches urbaines se sont vues accordé un sursis de trois ans au 1er janvier. La mairie qui croit en ce dispositif - voudrait le voir s'étendre le plus possible, d'où une réunion d'information qui s'est tenue mardi soir, à destination de potentiels bénéficiaires de ce dispositif qui dynamise le territoire.Rencontre.


Cinquante-deux pages sur les zones franches urbaines. Sur chaque siège de la salle des mariages, un épais dossier attendait mardi soir les participants à la réunion organisée par la mairie sur ce thème. Cinquante-deux pages, ce sont autant de « slides » sur le power point que fait défiler François Vandermeersch, du cabinet d'expert KPMG, pour une explication de texte de quarante-cinq minutes sur le fonctionnement de cette niche fiscale. « La zone franche urbaine est une véritable opportunité financièrement et socialement. »Les exonérations fiscale et salariale sont autant d'aides pour les premières années de vie d'entreprise. Mais faire l'impasse sur l'impôt peut s'avérer un parcours semé d'embûches. Et l'expert de témoigner : « Ce serait tout de même dommage de se retrouver face à un redressement fiscal parce qu'un point mal compris n'a pas été respecté. » Et « là, ça se complique ». Au fil des diapos, l'expert s'enfonce dans le corps du dossier face à un public tantôt médusé, tantôt conquis. Mais surtout très diversifié.


Kahena Ghoul est venue se « rassurer ». En avril, elle ouvrira sa boutique de prêt-à-porter destiné aux rondes. « C'est un hasard si je suis en zone franche. Moi, je voulais être située avenue Lebas. » Le local qu'elle trouve, au numéro 27, la fait rentrer de plain pied dans le dispositif. « Une chance » pour la jeune fille. « Sans ça, ça aurait été plus compliqué. Sans exonération, la taxe foncière est de 2 000 E. »À ses côtés, sa conseillère, de la boutique de gestion des entreprises (BGE), a également fait le déplacement.


Yasmina Laoumi accompagnait Kahena mardi soir, et en général, tout un tas d'autres entrepreneurs qu'elle est susceptible d'amener à une installation en zone franche. « Il y a des choses que je ne savais pas comme l'exonération d'assurance maladie possible dans certains cas. Le régime a changé, alors je venais voir ce qu'il y avait de nouveau, notamment sur l'emploi de salariés. »C'est ce qui intéresse Olivier Granger, un électricien qu'elle a aidé à monter la société Élea. « Je me suis installé avec trois salariés en février, mais hors zone franche. Avec les exonérations fiscales et sociales, je pourrais économiser 500 E par employé et par mois.» Avec eux, les ZFU sont un terrain conquis.


 

ZFU de Toulouse : Les Entrepreneurs au rendez-vous

ZFU de Toulouse : Les Entrepreneurs au rendez-vous


Le mardi 22 novembre, le restaurant Francesca, au cœur de Bordelongue et de la Zone Franche Urbaine a accueilli la soirée des entrepreneurs de la ZFU. Près de cent entrepreneurs et partenaires de la mairie et du Grand Toulouse se sont joints aux élus et responsables du Grand Toulouse et de l’équipe de l’Espace ZFU pour s’informer et échanger. Dans une ambiance conviviale, entrepreneurs récemment implantés ou plus anciens ont ainsi pu se rencontrer de manière informelle….

Thierry Cotelle, adjoint au maire de Toulouse en charge du Développement économique et de l’emploi a salué la présence de nouveaux entrepreneurs aux côtés d’anciens, fidèles à ces rendez-vous que sont les soirées des entrepreneurs de la ZFU. « Nous savons les difficultés rencontrées par certains entrepreneurs, dans un contexte économique difficile, nous mesurons aussi les succès et les réussites du tissu économique toulousain. Spatial, aéronautique et d’autres secteurs participent au développement de l’emploi et de l’économie. L’attractivité de Toulouse ne se dément pas, chaque année des milliers de nouveaux toulousains rejoignent notre territoire. Ce dynamisme s’accompagne de nombreux défis à relever en termes de logement, de transport et bien sûr d’emploi. Malgré son dynamisme le territoire du Grand Toulouse, à l’instar de la France et d’autres pays européens, n’échappe pas à la problématique de l’emploi ». Entrée libre sur les deux jours du salon. Pour participer aux ateliers, inscriptions obligatoires.

Le devenir des ZFU


A priori, le dispositif devait s’arrêter au 31 décembre 2011. Nous menons avec d’autres villes un combat pour maintenir cedispositif, même s’il y a des conclusions à tirer sur le dispositif tel qu’il a été mis en place en 2004. Mais en tout état de cause, nous souhaitons accompagner ces zones en mutations. Les ZFU ont été mises en place pour accompagner la mutation, la nécessaire évolution des ZUS et favoriser l’emploi. Plus particulièrement à Toulouse, avec le programme de l’ANRU (Agence nationale de Rénovation Urbaine), nous nous sommes fortement engagés avec un Grand Projet de Ville revu à la hausse, en termes de financements et d’ambitions.

Il était hors de question de déconnecter la rénovation urbaine des efforts en matière économique. D’où notre engagement aux côtés de la FNAE – ZUS et notre mobilisation aux côtés de parlementaires, députés et sénateurs de toutes régions et couleurs politiques. Ce travail de lobbying a été et continue d’être effectué.

Les textes sont en navette entre les assemblées et nous avons bon espoir que la prolongation des ZFU se fasse pour les trois ans à venir, même si nous avons des réserves sur des restrictions envisagées et de nouvelles dispositions, comme le principe d’une personne embauchée sur deux résidant en ZUS. Si on peut en discuter le principe, on connaît les difficultés parfois rencontrées par les entreprises pour recruter en fonction des profils recherchés. L’actualité nous rend prudents, en cette période de restrictions budgétaires. Bien sûr, un tel dispositif coûte à la collectivité, mais il faut en faire un vrai bilan, sur l’impact en termes de développement économique et d’emploi. Nous le savons : il y a bien un effet ZFU, puisque ici par rapport au reste de l’agglomération, la progression est deux fois plus rapide en terme de créations d’activités et d’emploi ». Précision donnée par Michel Jacomet : « rien ne change pour les entreprises installées avant le 31 décembre 2011. Les modifications interviendront pour celles qui s’installeront à compter du1er janvier 2012 : ce sera beaucoup plus restrictif avec notamment un couplage obligatoire : le dispositif fiscal ne sera possible que si le dispositif social a été respecté ».



Photo : M. Thierry COTELLE, adjoint au maire de Toulouse en charge du Développement économique et de l’emploi et M. Michel JACOMET, chargé de mission ZFU de Toulouse.

Le Président Jacques MURA adresse une lettre ouverte aux sénateurs

Le Président Jacques MURA adresse une lettre ouverte aux sénateurs

Bien souvent décrié à cause d’un fort déficit d’information, le dispositif Zone Franche Urbaine, va bénéficier d’une nouvelle prorogation d’ouverture de droits. Et ce grâce à la décision que le Ministre de la Ville, Monsieur Maurice LEROY a prise en accord avec tous les services de l’Etat, après consultation des intervenants dans les territoires concernés.

Il s’agit donc bien d’une incontestable reconnaissance dont nous ne pouvons que nous réjouir.

Déjà en 2008, lors de la discussion du PLF pour 2009, les Sénateurs avaient manifesté leur unanimité pour s’opposer à la réduction des règles et permettre ainsi la bonne continuité du dispositif en cours, avec l’efficacité qui lui est reconnue (depuis peu) en matière des résultats obtenus au niveau des créations d’activités et d’emplois.

En effet, nul ne peut contester aujourd’hui, les 250 000 établissements et les 600 000 emplois qui ont été ainsi créés. Ni le fait établi (par la Banque de France) qu’un euro d’investissement public a induit six euros d’investissements privés, générant une recette de TVA de 1,6
euros !

C’est donc en toute confiance que la FNAE-ZUS qui anime le Collectif de défense des droits ZFU, s’adresse à vous pour vous demander de doter les intervenants du terrain, entrepreneurs et collectivités, de l’ensemble des outils indispensables à la pleine réussite du nouveau challenge qui nous est proposé.

Toutes ces mesures sont développées dans le contenu de 5 amendements qui seront défendus en Commission des finances et en séance publique par la Sénatrice Fabienne KELLER.

Ces amendements découlent de travaux sérieux et incontestables, menés collégialement depuis plusieurs mois, par une assemblée d’entrepreneurs, d’élus locaux et nationaux de toutes tendances politiques, et de techniciens des territoires ZFU regroupés au sein d’un Collectif national.

Au moment où tous les indicateurs socio-économiques sont au rouge, vous aurez à cœur de nous attribuer de tous les moyens qui nous sont nécessaires afin de valoriser les mesures que l’Etat met à notre disposition pour améliorer la qualité de vie et de travail dans les quartiers défavorisés .
Par avance, nous vous en sommes reconnaissants.
                                                                                                      

Jacques MURA

Président de la FNAE-ZUS

et du Collectif de défense des droits ZFU




Photo : M. Jacques MURA, Président de la FNAE-ZUS et du Collectif de défense des droits ZFU avec Mme Fabienne KELLER, Sénateur du Bas-Rhin

Lettre ouverte à télécharger
Défense des ZFU : BLUM insiste

Défense des ZFU : BLUM insiste

Roland BLUM (UMP), Député et premier adjoint au Maire de Marseille, poursuit son combat pour faire admettre au gouvernement.

Pour Roland BLUM, "la légitime urgence d'alléger le fardeau de la dette publique ne saurait se faire au détriment de l'emploi dans des quartiers déjà durement touchés par la crise".

En 15 ans, les ZFU ont créé 250000 entreprises et 600000 emplois dans une centaine de ZFU en France. " A Marseille, les deux ZFU ont entraîné l'installation de presque 3500 entreprises ayant généré plus de 13000 emplois (soit une hausse de 129 %)." Pour l'heure, le gouvernement envisage la prorogation du dispositif, mais à des conditions moins favorables.

Voir les archives

ANNUAIRE

Liste complète

Copyright©ENTREPRISES ET TERRITOIRES D'AVENIR- 2012 | Conception site internet : www.expressiv.net
Site réalisé avec le concours de la Délégation Interministérielle à la Ville (DIV)
et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)

Fédération Nationale des Entreprises et Territoires d'Avenir
Maison des Initiatives - Parc Kennedy
Bât C - 285 Rue Gilles Roberval - 30900 NIMES - Tél : 04 66 38 28 36 Fax : 04 66 02 42 32