FNAE-ZUS

Actualités

Notre association est en deuil

L’ancien maire socialiste de Villiers-le-Bel (1997 à 2012), Didier Vaillant, s’est éteint lundi 26 février, en Belgique, suite à un arrêt cardiaque survenu quelques jours plus tôt.

Jacques MURA, président de l’association « Entreprises et territoires d’Avenir » :
« Monsieur Didier VAILLANT a marqué l’histoire de notre association, tout d’abord en nous accueillant pour un des premiers forums sur les Zones Franches Urbaines le 24 mars 2010, puis en permettant à la commune de Villiers-le-Bel dont il était alors le maire, de devenir un de nos tout premiers adhérents dans notre nouvelle collégialité en 2012. Assumant la tâche de vice président de la communauté d’agglomération ROISSY PAYS DE FRANCE il continuait sans relâche à marquer son intérêt pour toutes les causes visant l’intérêt général, et toujours sans à priori politicien. Nous avons continuellement été imprégnés par sa démonstration humaine, généreuse et constructive. Il constitue pour nous La référence de nos feuilles de route. Son souvenir exemplaire restera à jamais gravé dans nos cœurs et nos mémoires. Aujourd’hui il laisse un grand vide et notre association est en deuil. »


 


Depuis lundi 26 février, Didier Vaillant n’est plus. Il est décédé à l’âge de 64 ans, en Belgique, suite à un incident cardiaque survenu quelques jours plus tôt. S’il avait conduit les destinées de Villiers-le-Bel de 1997 à 2012, et était toujours premier vice-président de la communauté d’agglomération de Roissy Pays de France, l’ancien conseiller général du Val-d’Oise avait fait ses premières armes comme fonctionnaire.

Né en 1954 à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), Didier Vaillant est diplômé à 24 ans de l’Institut régional d’administration de Lille. Il devient fonctionnaire attaché au ministère de l’Équipement. De 1991 à 1992, il sera le chef de cabinet de Jean-Yves Le Drian, alors secrétaire d’État à la Mer.

C’est en 1989, qu’il entre réellement dans la vie politique en devenant adjoint au maire de Villiers-le-Bel de Raymonde Le Texier (Ps). Une ville qu’il chérissait. Une ville devenue tristement célèbre en 2007, lors d’émeutes, suite au décès de deux adolescents lors de la collision de leur mini-moto avec un véhicule de police.

Maire pendant 15 ans

Un épisode douloureux pour Didier Vaillant qui aura passé des jours et des nuits à essayer de calmer les esprits. S’il disait comprendre la colère de la jeunesse, il déplorait en revanche son expression via cette violence extrême.

« Didier Vaillant restera pour tous un homme de convictions, empreint d’humanisme, proche de ses administrés et ambitieux pour sa ville. Villiers-le-Bel lui doit beaucoup et ne l’oubliera pas », a réagi, à chaud, Jean-Louis Marsac, maire (Ps) de Villiers-le-Bel à qui Didier Vaillant avait passé le témoin en 2012.

« Je suis heureux d’avoir eu l’honneur de connaître ce militant socialiste de toujours et un élu avec lequel j’ai mené de nombreux combats pour défendre et développer nos communes populaires de banlieue », confiait mardi matin, François Pupponi, député (Ps) de la huitième circonscription du Val-d’Oise.

De son côté, Philippe Métézeau, vice-président (Parti radical) du Conseil départemental du Val-d’Oise, dont la dernière rencontre avec Didier Vaillant remontait à moins d’un mois lors de la remise de prix à l’Ecole de la deuxième chance à Argenteuil, louait l’homme de dialogue.
«  Il avait grandement favorisé, quand il était maire, le partenariat entre la ville de Villiers-le-Bel et les services sociaux départementaux. Je cite souvent ce partenariat en exemple, car il se construisait sans référence partisane, dans l’intérêt général. C’était un homme réellement ouvert, avec lequel le dialogue était réel. »

Retrouvez-nous sur le site : http://entreprises-territoires-avenir.org